5 avril 2017, Elise Racque

 

La Fondation de l’islam de France choisit les Scouts musulmans pour son premier partenariat

Créée le 6 décembre, la Fondation de l’islam de France accorde ses premières subventions aux Scouts musulmans de France. Le partenariat a été signé mardi 4 avril.


Destinée à « faire émerger un islam républicain », la nouvelle Fondation de l’islam de France devait cibler en priorité la jeunesse. Quatre mois après sa création, c’est chose faite : les Scouts musulmans de France (SMF) sont les premiers à bénéficier du budget alloué à l’organisme pour financer des projets dans les domaines de l’éducation et de la culture.

 

Signature de Jean-Pierre Chevènement, Abdelhak Sahli, Président des SMF, en présence du Cheikh Bentounes

 

Jean-Pierre Chevènement, président de la fondation, se félicite de ce « partenariat historique » : « C’est un premier acte de confiance posé envers les jeunes musulmans de France, et je sais combien je peux faire confiance aux scouts qui ont entrepris de faire le bien autour d’eux ».


Encourager l’engagement civique et les échanges interreligieux
Le partenariat signé le 4 avril octroie 50 000 € de subventions aux scouts, répartis sur trois programmes précis : des ateliers-débats sur la déradicalisation et l’engagement citoyen ; un travail autour d’Abraham, « père » des trois religions monothéistes ; et un camp d’été interreligieux. Grâce aux subventions obtenues, l’association va emmener des jeunes de la banlieue parisienne non scouts à ce séjour à la montagne, traditionnellement organisé avec des scouts catholiques et protestants.


La Fondation de l’islam de France étant laïque, elle finance uniquement les initiatives culturelles, et non pas religieuses. Conséquence : les scouts n’ont pas obtenu d’aide financière pour accompagner des pèlerins handicapés à la Mecque. Pour ce type d’opération, il faudra attendre la deuxième étape du programme « pour un islam de France » initié par Bernard Cazeneuve quand il était ministre de l’intérieur. Une association cultuelle gérée par des responsables musulmans devait en effet voir le jour, mais reste en gestation après l’abandon de la mosquée de Paris en début d’année.

Les Scouts musulmans de France ont été fondés en 1991 par le cheikh soufi Khaled Bentounes. Ils rassemblent aujourd’hui 18 groupes de jeunes de 7 à 21 ans, et sont membres de la Fédération du scoutisme français.


Les familles venues assister à la signature se disent « rassurées » par ce premier signe de reconnaissance. « Nos enfants sont affectés par ce qu’ils voient à la télé sur l’islamisme. C’est très important pour nous de leur dire que les scouts sont alliés à la France pour la paix », a confié une mère de famille à Jean-Pierre Chevènement.


Mais Khaled Bentounes attend un geste plus fort de la part de l’État français : «Il est important que l’islam soit assis à la table de la République. Maintenant, il me semblerait juste que nous soyons reconnus d’utilité publique. Les Scouts et guides de France catholiques le sont depuis plus de 60 ans»

 

«Il faut bien faire un premier pas, et on va en faire beaucoup d’autres », assure le président de la fondation, tout en rappelant que les prochains partenariats devront se faire avec d’autres organismes. Une convention avec une association proposant des cours de français aux migrants et aux imams pourrait notamment voir le jour.

 

Lien vers La Croix