18 mai 2017

 

LE WALI TEMMAR ABDELWAHID ATTENDU DEMAIN A PARIS : Mostaganem représente l’Algérie à l’Unesco

 

Le wali de Mostaganem, M. Temmar Abdelwahid, est attendu demain vendredi 19 mai dans la capitale française Paris pour représenter l’Algérie aux travaux de l’Unesco qui étudie la possibilité de consacrer une journée internationale au ‘’Vivre ensemble’’, proposée par Cheikh Khaled Bentounes, président de l’ONG AISA.

 

Mostaganem s’est élevée, aujourd’hui, au rang des grandes capitales du monde en matière de lutte contre la violence et le Vivre ensemble. Ce vendredi, Mostaganem représentera l’Algérie au siège de l’Unesco où l’Assemblée Générale de l’ONU proclame les journées internationales. La fondation ‘’ janatou al-Arif ‘’ dirigée par le fils de Mostaganem,- l’illustre Bentounes Khaled, Cheikh de la zaouïa "El Alawiya", le messager de la paix à travers le monde, ne cesse de plaider la cause (vivre ensemble sans violence) dans les différents pays de la planète et dans toutes les manifestations internationales. C’est pourquoi la décision a été prise en janvier 2017 d’œuvrer désormais à la proclamation de la Journée Internationale du Vivre Ensemble. La JMVE devient donc la JIVE. À cet effet, le wali de Mostaganem, M. Abdelwahid Temmar, est attendu ce 19 mai à Paris en France afin d’appuyer au nom de l’Algérie cette démarche de création de la JIVE.

 

Il est à signaler que l’organisation non-gouvernementale, AISA ONG Internationale, de Cheikh Khaled Bentounes doit porter devant l’ONU en septembre une déclaration suivant les normes onusiennes. Avec l’aide d’un expert, AISA ONG Internationale organisera un workshop avec pour objectif l’élaboration et la ratification d’une déclaration appelée « Déclaration de Paris ». Ce workshop, qui réunira des personnalités et des organisations internationales soutenant le projet, se déroulera le 19 mai 2017 au siège de l’UNESCO à Paris. La campagne de mobilisation pour la JIVE se développe selon deux axes complémentaires : un lobbying auprès de responsables influents avec notamment le workshop du mois de mai, et un travail de proximité qui mobilise les consciences citoyennes et donne force et crédibilité à notre démarche. Ce travail de terrain impliquera pour chacune et chacun de nous, pour chaque entité AISA locale et nationale, détermination et effort.

 

Afin d’accompagner au mieux la Déclaration de Paris et de s’associer ensemble à l’élan transformateur d’un projet d’avenir pour un monde à venir, Cheikh Bentounes avait lancé une pétition et relevé le défi de passer de 80.000 à 100.000 signatures d’ici le mois de juin 2017.

 

Lien vers Réflexion DZ